Et la lumière fuit Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Sait-on combien de fois par jour on allume des lampes? Trop machinal pour qu’on le remarque, ce geste n’en est plus vraiment un: nous effleurons à peine des interrupteurs et aussitôt la lumière se fait. Et les plaques de la cuisinière chauffent. Et la température du salon augmente. Nous pouvons même provoquer cela à distance grâce à des Smartphones capables de centraliser l’ensemble des commandes.

    Des commandes, oui: nous passons des ordres, parfois vocalement, et nos désirs sont instantanément satisfaits. L’immédiateté et la facilité ont effacé de notre esprit le lien entre la cause et l’effet, entre l’action de l’homme et la lumière ou la chaleur. Un lien que les générations précédentes avaient davantage en tête. S’il ne songeait certes pas au travail contestable du marin harponnant une baleine, celui qui allumait sa lampe connaissait le souci évangélique d’avoir de l’huile en suffisance. Celui qui allumait le feu dans le poêle connaissait l’effort des coups de hache nécessaires pour réchauffer la soupe. Et celui qui allumait une bougie pour lire le soir en connaissait la fragilité: elle ne durait que le temps de se consumer.

    Nous ne connaissons plus rien de la chaleur et de la lumière.

    Bien sûr, il ne s’agit pas de retourner aux siècles passés ou aux années 1930 – «Voulez-vous vraiment vivre comme nous avons dû vivre?», s’était un jour presque exclamée feu ma grand-maman face aux propositions de certains écologistes. Mais, en ces temps où la vie était plus difficile, on posait de vrais gestes, presque oubliés aujourd’hui. Tout se trouvait ainsi marqué de sens et de reconnaissance. Parce que nous ne stockons plus d’huile ni ne coupons plus de bois et parce que nous ne soufflons plus de bougies que sur des gâteaux d’anniversaire, nous ne connaissons plus rien de la chaleur et de la lumière.

    Enfin, si. A présent que l’Ukraine hâte une crise prévisible – qu’avons-nous fait pour réaliser la transition énergétique approuvée par plus de 58% des votants en 2017? –, nous nous rappelons qu’elles ont un prix. C’est triste. Tâchons de reprendre conscience de leur valeur. Nous en userons alors sans en abuser. Et assurerons notre confort avec la sagesse du temps où la main poussait le volet sur l’air frais du petit jour rappelant à l’homme qu’il y a une nature autour de son foyer. 

    Articles en relation


    Pleins feux sur le solaire

    Le photovoltaïque ne représente que 6% de la consommation électrique suisse. Mais l’inquiétude liée à la guerre en Ukraine et l’intérêt économique des installations solaires ont démultiplié le nombre de projets. Le travail est abondant, la main d’œuvre l’est moins.


    L’électricité: en quête d’autonomie

    Le risque de pénurie d’électricité – dû moins à l’Ukraine qu’à la hausse de la consommation et à une transition énergétique compliquée – met en avant les limites de la globalisation. La recherche d’autonomie est de plus en plus grande, et à tous les niveaux.


    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    L’urgence climatique stimule le développement de l’hydrothermie. A Genève, le réseau GeniLac, l’un des plus grands au monde, irriguera des centaines de bâtiments en froid et en chaleur. Car les ressources thermiques des lacs suisses sont considérables. Mais leur santé constitue un motif d’inquiétude.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La guerre, tout un poème

    20-02-2024

    La guerre, tout un poème

    Quoi de plus beau qu’une guerre? Sans même parler du magnifique potentiel économique qu’elle représente – l’industrie de l’armement tourne à plein régime et l’on pourra ensuite reconstruire, car comme...

    Ukraine: les visages de la guerre

    20-02-2024

    Ukraine: les visages de la guerre

    Le 24 février 2022, Vladimir Poutine lançait l’«opération spéciale» visant à «dénazifier» l’Ukraine, guerre que les Ukrainiens nomment «l’invasion à grande échelle». Dans le Donbass, où la confrontation dure depuis...

    Le symbole d’une résistance

    20-02-2024

    Le symbole d’une résistance

    Alexeï Navalny est mort à 47 ans dans une colonie pénitentiaire du cercle arctique le 16 février. L’opposant russe le plus célèbre à Vladimir Poutine était l’icône esseulée d’une maigre...

    Valais: réécrire la Constitution

    20-02-2024

    Valais: réécrire la Constitution

    Le Valais pourrait se doter d’une nouvelle Constitution: ses citoyens se prononceront le 3 mars sur le texte élaboré par une assemblée constituante. L’exercice de réécriture de la loi fondamentale...

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    20-02-2024

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    Il lui a fallu du temps pour trouver sa place, qui est aujourd’hui à la Villa Saint-Hyacinthe que les dominicains habitent en ville de Fribourg. A bientôt 30 ans –...

    En quête des prémices

    20-02-2024

    En quête des prémices

    La plante du mois de l'Echo

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    20-02-2024

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    A l’occasion de son cinquième anniversaire, la Fondation Opale, dédiée à l’art aborigène d’Australie, inaugure de nouveaux espaces et propose une exposition confrontant des œuvres d’horizons très divers.

    Le monde selon Monsieur X

    20-02-2024

    Le monde selon Monsieur X

    Entrepreneur, chef d’entreprise, milliardaire et père de onze enfants de trois mères différentes, Elon Musk est un twitteur compulsif. Pas étonnant qu’en 2022, il se soit offert son réseau social...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés