Derrière la barquette Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • «Comment pouvez-vous diffuser ces images? Des enfants pourraient les voir. Pourquoi montrez-vous cela?»: au début des années 2000, un reportage de Canal 9 surprit plusieurs spectateurs qui manifestèrent leur mécontentement. Qu’avaient donc pu filmer les journalistes de la chaîne locale valaisanne pour choquer ainsi? Un accident de la route?

    Non, il s’agissait du portrait d’un habitant de Saxon vers qui se tournaient encore quelques paysans désirant voir leurs bêtes mises à mort «à l’ancienne», c’est-à-dire sans être emmenées par camion avec des dizaines d’autres animaux vers un abattoir collectif. La caméra avait filmé le travail du vieil artisan: l’accueil du fermier livrant, presque la larme à l’œil, son cochon, puis l’abattage, la récolte du sang pour le boudin et la découpe de la carcasse. Certes un peu crues, ces images montraient «simplement» ce qui se cache derrière le morceau de viande acheté chez le boucher ou la barquette mise dans le Caddie en grande surface.

    La barquette sous cellophane, oui. La mort de l’animal, non.

    La société de consommation est passée maître dans l’art de dissimuler la facette la moins vendeuse du marché. La barquette sous cellophane, oui. La mort de l’animal, non. Le plaisir de faire cuire une tranche sur son gril, d’accord. Mais sans la vue du sang. Avec le risque que les nouvelles générations ne fassent bientôt plus le lien entre le steak et le bœuf. Au point d’ignorer que manger l’ensemble des morceaux tirés de la vache ou du cochon (foie, tripes, etc.) au lieu de se limiter aux plus nobles (filet, côtelettes) permettrait de limiter le gaspillage alimentaire. Et par conséquent le nombre de bêtes tuées.

    Alors que l’écologie et la sobriété énergétique sont devenues des préoccupations incontournables – ils étaient encore 2000 à manifester dimanche à Lausanne pour le climat –, les Suisses pourraient revenir, par souci de cohérence, à certaines bonnes habitudes d’antan. En demandant par exemple un pied de porc la prochaine fois qu’ils se rendront chez le boucher ou dans un restaurant proposant encore les bas morceaux de l’animal le plus consommé du pays. Qu’ils acceptent ou pas l’initiative «Non à l’élevage intensif» le 25 septembre prochain.

    Articles en relation


    Rien n’arrête le hamburger

    Les Romands craquent plus que jamais pour le sandwich américain. Mais si l’engouement pour le «McDo» demeure, le burger local, fait de produits frais, s’impose depuis dix ans. Exemple à Sion avec un nouveau concept italien. Et à Genève et Lausanne où Inglewood, l’un des pionniers dans le domaine, cartonne depuis 2011.


    Moins de sucre en mai

    Le 2 mai, l’Alliance alimentation et santé a lancé un appel à agir pour diminuer nettement le sucre dans l’alimentation. Un nouveau cri d’alerte face aux effets de cet ennemi invisible accompagné de plusieurs textes parlementaires.


    Les légumes biscornus se mangent aussi

    Refusés par la grande distribution en raison de leur taille ou de leur forme, des tonnes de fruits et légumes finissent au compost. Mais pas tous: dans le district fribourgeois de la Sarine, une entreprise en achemine une partie jusqu’à nos assiettes.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La guerre, tout un poème

    20-02-2024

    La guerre, tout un poème

    Quoi de plus beau qu’une guerre? Sans même parler du magnifique potentiel économique qu’elle représente – l’industrie de l’armement tourne à plein régime et l’on pourra ensuite reconstruire, car comme...

    Ukraine: les visages de la guerre

    20-02-2024

    Ukraine: les visages de la guerre

    Le 24 février 2022, Vladimir Poutine lançait l’«opération spéciale» visant à «dénazifier» l’Ukraine, guerre que les Ukrainiens nomment «l’invasion à grande échelle». Dans le Donbass, où la confrontation dure depuis...

    Le symbole d’une résistance

    20-02-2024

    Le symbole d’une résistance

    Alexeï Navalny est mort à 47 ans dans une colonie pénitentiaire du cercle arctique le 16 février. L’opposant russe le plus célèbre à Vladimir Poutine était l’icône esseulée d’une maigre...

    Valais: réécrire la Constitution

    20-02-2024

    Valais: réécrire la Constitution

    Le Valais pourrait se doter d’une nouvelle Constitution: ses citoyens se prononceront le 3 mars sur le texte élaboré par une assemblée constituante. L’exercice de réécriture de la loi fondamentale...

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    20-02-2024

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    Il lui a fallu du temps pour trouver sa place, qui est aujourd’hui à la Villa Saint-Hyacinthe que les dominicains habitent en ville de Fribourg. A bientôt 30 ans –...

    En quête des prémices

    20-02-2024

    En quête des prémices

    La plante du mois de l'Echo

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    20-02-2024

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    A l’occasion de son cinquième anniversaire, la Fondation Opale, dédiée à l’art aborigène d’Australie, inaugure de nouveaux espaces et propose une exposition confrontant des œuvres d’horizons très divers.

    Le monde selon Monsieur X

    20-02-2024

    Le monde selon Monsieur X

    Entrepreneur, chef d’entreprise, milliardaire et père de onze enfants de trois mères différentes, Elon Musk est un twitteur compulsif. Pas étonnant qu’en 2022, il se soit offert son réseau social...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés