Les scouts et un général Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • C’est presque un monde à part, une zone préservée des absurdités du monde et du temps. Rien ne semble plus simple et plus agréable que la vie à l’intérieur d’un camp scout, même lorsqu’il est plus grand que la plupart des villes du canton qui l’accueille. Bien sûr, le camp fédéral connaît les écueils d’un rassemblement de 30’000 personnes, mais il y flotte une atmosphère de bienveillance – d’amour, selon une participante – qui manque beaucoup aujourd’hui.

    Plus que dans l’innocence qu’on pourra vouloir leur attribuer, louveteaux et éclaireurs se situant entre l’enfance et l’adolescence, l’origine de cette ambiance apaisée, de cette sérénité scoute est à chercher dans leur philosophie de vie et dans leur art du vivre-ensemble. Etre vrai, se réjouir de ce qui est beau, aider autour de soi, écouter et respecter les autres sont quelques-unes des lois qu’ils respectent ou, plus exactement, qui les guident dans leur vie de scout et de tous les jours. Cela n’a rien que d’évident pour tout un chacun. Rappeler ces principes universels n’est pourtant pas inutile à l’heure où, pour certains, l’inclusion consiste d’abord à chercher le plus petit diviseur commun et où, pour d’autres et parfois les mêmes, les expressions culturelles devraient être réservées au seul groupe ethnique dont elles émanent (lire en page 8).

    Les Confédérés ont préféré chercher ce qui les rassemblait.

    Les cantons suisses du 19e siècle auraient pu insister avant tout sur leurs différences culturelles, politiques et confessionnelles. Nul ne s’en serait offusqué à une époque où les peuples d’Europe s’appuyaient sur leur langue pour clamer leur particularité en attendant le droit à disposer d’eux-mêmes. Mais les Confédérés ont préféré chercher ce qui les rassemblait, un dénominateur commun, quitte à prendre des libertés avec l’histoire: des valeurs. Ce sont elles qui les ont unis. Comme les scouts.

    Saint-Exupéry, dans une lettre à un général qu’on ne lira jamais assez, écrivait que la civilisation «porte non sur les choses, mais sur les invisibles liens qui les nouent l’une à l’autre». Ainsi en va-t-il des hommes. Resserrer les liens plutôt que s’évertuer à les rompre est un vœu d’une banalité digne d’un discours de 1er août. Il serait bon qu’il soit tout aussi banal de le réaliser.

    Articles en relation


    Le rassemblement scout en Valais

    L’ancien aérodrome militaire d’Ulrichen (VS) n’a jamais été aussi vivant. On se tape dans la main, on chante, on joue, on part en mission: depuis le 23 juillet et jusqu’au 6 août, 30’000 scouts se croisent chaque jour dans le plus grand camp fédéral de leur histoire.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Soyons de vrais poètes!

    21-05-2024

    Soyons de vrais poètes!

    «La poésie sauvera le monde», a dit la libraire. Sur un ton neutre – les convictions profondes n’ont pas besoin d’éclats de voix. Si elle ne l’a pas encore fait...

    Le latin résiste

    21-05-2024

    Le latin résiste

    L’apprentissage de la langue de Virgile suscite toujours un intérêt, malgré les éternels questionnements sur son utilité. Si une légère baisse est observée au secondaire dans la plupart des cantons...

    Théâtre interactif

    21-05-2024

    Théâtre interactif

    Agée de 30 ans, la compagnie romande du Caméléon propose des spectacles sur des thèmes sociétaux sensibles comme le harcèlement. Lors de ses interventions qui ont lieu en entreprise, en...

    Augmentation de l’infertilité

    21-05-2024

    Augmentation de l’infertilité

    Enjeu de santé publique planétaire, l’infertilité touche un couple sur sept en Suisse. L’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) y est toutefois entravé par la cherté des soins. L’augmentation...

    Journaliste du fait religieux

    21-05-2024

    Journaliste du fait religieux

    Comment devient-on journaliste du fait religieux? Catholique par sa mère espagnole, mais non pratiquante, Jessica da Silva Villacastin a toujours été en quête de sens. A travers l’arabe et l’hébreu...

    Cannes: Jury oecuménique

    21-05-2024

    Cannes: Jury oecuménique

    En 1974, le Jury œcuménique du Festival de Cannes, qui se termine le 25 mai, remettait son premier trophée. Il a depuis distingué une longue liste de films pour leurs...

    TV: Climat et droits humains

    21-05-2024

    TV: Climat et droits humains

    Les Aînées pour le climat Suisse ont remporté une victoire historique le 9 avril devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) contre Dame Helvétie. Un tournant crucial pour...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés