L’arbitre et Dostoïevski Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Le sport est un révélateur, comme la conduite automobile qui, face à d’innombrables chauffeurs du dimanche, fait ressortir des traits de caractères enfouis. Ainsi, lorsqu’un arbitre commet une erreur, celle-ci lui est aussitôt reprochée. Quiconque a fait l’expérience de l’arbitrage le sait: un coup de sifflet incongru semble avoir plus d’impact sur le résultat d’un match que les errances des joueurs. Qui ne sont pas rares. Friand de statistique, le basket-ball le montre bien: en première division masculine suisse, moins des trois quarts des lancers francs sont réussis; les conditions de tir, seul face au panier, sont pourtant toujours les mêmes. Les joueurs qui n’hésitent pas à signaler leurs erreurs aux arbitres se voient ainsi à leur tour reprocher leurs gestes manqués par le public.

    Dans un autre contexte mais dans le même ordre d’idée, on trouve cette anecdote rapportée par Paolo Nori dans son surprenant roman consacré à Dostoïevski Ça saigne encore (Editions Philippe Rey, 2024). Ayant appris que l’auteur russe devait à un noble une somme qu’il ne lui avait jamais rendue, une dame lui avait confié: «Je pensais que Dostoïevski était quelqu’un de bien. Je me trompais». Ce jugement sans appel appelle une question: trouvera-t-on «quelqu’un de bien» dans ce monde, ne serait-ce qu’un seul juste, pour le sauver? Il y a bien des imperfections, grandes ou petites, dans nos actions et nos paroles, grandes ou petites. «Si tu retiens les fautes, Seigneur, qui subsistera?», demande le psalmiste (Ps 129), inquiet peut-être de voir qu’on est ici-bas enclin à les retenir.

    Trouvera-t-on «quelqu’un de bien» dans ce monde?

    S’emporter au volant, récriminer contre une décision, déplorer un raté, critiquer un manque de conscience, tout cela est bien humain. Tellement humain que nous ne pouvons nous empêcher de le faire – il est donc malaisé de se le reprocher. Il est cependant bon de s’efforcer de se rappeler nos imperfections de manière à jeter, a posteriori, un regard tendre sur notre prochain, défaillant comme nous. A la fin d’un match, d’ailleurs, arbitres et joueurs se serrent la main. Et peut-être la dette de Dostoïevski lui a-t-elle été remise. 

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Soyons de vrais poètes!

    21-05-2024

    Soyons de vrais poètes!

    «La poésie sauvera le monde», a dit la libraire. Sur un ton neutre – les convictions profondes n’ont pas besoin d’éclats de voix. Si elle ne l’a pas encore fait...

    Le latin résiste

    21-05-2024

    Le latin résiste

    L’apprentissage de la langue de Virgile suscite toujours un intérêt, malgré les éternels questionnements sur son utilité. Si une légère baisse est observée au secondaire dans la plupart des cantons...

    Théâtre interactif

    21-05-2024

    Théâtre interactif

    Agée de 30 ans, la compagnie romande du Caméléon propose des spectacles sur des thèmes sociétaux sensibles comme le harcèlement. Lors de ses interventions qui ont lieu en entreprise, en...

    Augmentation de l’infertilité

    21-05-2024

    Augmentation de l’infertilité

    Enjeu de santé publique planétaire, l’infertilité touche un couple sur sept en Suisse. L’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) y est toutefois entravé par la cherté des soins. L’augmentation...

    Journaliste du fait religieux

    21-05-2024

    Journaliste du fait religieux

    Comment devient-on journaliste du fait religieux? Catholique par sa mère espagnole, mais non pratiquante, Jessica da Silva Villacastin a toujours été en quête de sens. A travers l’arabe et l’hébreu...

    Cannes: Jury oecuménique

    21-05-2024

    Cannes: Jury oecuménique

    En 1974, le Jury œcuménique du Festival de Cannes, qui se termine le 25 mai, remettait son premier trophée. Il a depuis distingué une longue liste de films pour leurs...

    TV: Climat et droits humains

    21-05-2024

    TV: Climat et droits humains

    Les Aînées pour le climat Suisse ont remporté une victoire historique le 9 avril devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) contre Dame Helvétie. Un tournant crucial pour...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés