Sous la botte de Pékin Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • «Quand nous parlons à nos proches au téléphone, il faut éviter certains mots: dalaï-lama, démocratie, droits de l’homme, Covid… Avoir des discussions profondes dans ces conditions est difficile. Alors on reste en surface. Avec le temps, une distance se crée et petit à petit on ne se parle plus»: prononcés par une réfugiée tibétaine en Suisse, ces mots témoignent des conséquences dramatiques de la répression des minorités en Chine.

    Car être minoritaire, en Chine, c’est être dissident. Les Tibétains nous le rappellent depuis longtemps, sans perdre courage. Leurs appels au secours sont pourtant moins audibles depuis que l’attention internationale et médiatique est tournée vers les dix millions d’Ouïghours du Xinjiang, région voisine du Tibet. L’oppresseur est pourtant le même. Les territoires mongol, kazakh et tibétain passés sous le rouleau compresseur démographique et politique du régime communiste chinois ont servi de terrain d’essai à de nombreuses techniques de répression de masse utilisées aujourd’hui au Xinjiang.

    Le Tibet, terrain d’essai des techniques de répression utilisées au Xinjiang.

    Torture, disparitions, travaux forcés, arrestations arbitraires, fouilles à domicile pour détruire les photos du dalaï-lama… Depuis l’arrivée de Xi Jinping à la tête du Parti communiste chinois (PCC), en 2013, Pékin a redoublé d’efforts pour gommer toute différence ethnique et culturelle. En Chine, la censure et le contrôle atteignent des sommets depuis la pandémie: le code QR sur chaque téléphone permet de confiner des millions de citoyens qui se retrouvent, d’un seul clic, privés d’accès à l’autoroute et à d’autres services de base. A Hong Kong, le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, figure de proue du mouvement de contestation démocratique de 2019-2020, attend d’être jugé. Quant à l’île indépendante de Taïwan, elle se sait menacée de «réunification» et de «rééducation».

    En 2018, Xi Jinping avait inscrit dans la Constitution la possibilité d’être élu à vie. Lors du 20e Congrès du PCC, qui commence le 16 octobre, il devrait devenir le premier secrétaire général élu trois fois de suite à la tête du pays. A la tête d’une Chine plus étouffante et inquiétante que jamais. Mais à laquelle les Tibétains et les autres minorités continueront de résister avec, espérons-le, plus de soutien.

    Articles en relation


    Monastère tibétain de Rikon

    Cœur spirituel de la communauté tibétaine de Suisse depuis 1968, le monastère de Rikon, perché sur une colline boisée du canton de Zurich, abrite sept moines et un abbé. Visite avec l’ethnologue Philip Hepp qui gère l’aspect séculier de l’institut monastique.


    Tibétains de Suisse face à la Chine

    Cinq jours avant le 20e Congrès du Parti communiste chinois, l’Echo est allé à la rencontre des Tibétains de Suisse. Bien intégrée, cette communauté de 8000 personnes forcées à l’exil par le régime chinois lutte dans un certain désintérêt pour la liberté de son peuple.


    Volonté de puissance

    A quoi ressembleront les Jeux olympiques d’hiver à Pékin? Entre les restrictions sanitaires draconiennes, la surveillance généralisée et la volonté de fer du régime chinois de ne laisser place à aucun imprévu, il est difficile d’imaginer qu’une ferveur populaire scandera les exploits des athlètes même si les Suisses espèrent ramener quinze médailles, voire plus.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La guerre, tout un poème

    20-02-2024

    La guerre, tout un poème

    Quoi de plus beau qu’une guerre? Sans même parler du magnifique potentiel économique qu’elle représente – l’industrie de l’armement tourne à plein régime et l’on pourra ensuite reconstruire, car comme...

    Ukraine: les visages de la guerre

    20-02-2024

    Ukraine: les visages de la guerre

    Le 24 février 2022, Vladimir Poutine lançait l’«opération spéciale» visant à «dénazifier» l’Ukraine, guerre que les Ukrainiens nomment «l’invasion à grande échelle». Dans le Donbass, où la confrontation dure depuis...

    Le symbole d’une résistance

    20-02-2024

    Le symbole d’une résistance

    Alexeï Navalny est mort à 47 ans dans une colonie pénitentiaire du cercle arctique le 16 février. L’opposant russe le plus célèbre à Vladimir Poutine était l’icône esseulée d’une maigre...

    Valais: réécrire la Constitution

    20-02-2024

    Valais: réécrire la Constitution

    Le Valais pourrait se doter d’une nouvelle Constitution: ses citoyens se prononceront le 3 mars sur le texte élaboré par une assemblée constituante. L’exercice de réécriture de la loi fondamentale...

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    20-02-2024

    Le portrait de l’Echo: Frère Rémi-Michel Marin-Lamellet

    Il lui a fallu du temps pour trouver sa place, qui est aujourd’hui à la Villa Saint-Hyacinthe que les dominicains habitent en ville de Fribourg. A bientôt 30 ans –...

    En quête des prémices

    20-02-2024

    En quête des prémices

    La plante du mois de l'Echo

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    20-02-2024

    La Fondation Opale fête ses 5 ans

    A l’occasion de son cinquième anniversaire, la Fondation Opale, dédiée à l’art aborigène d’Australie, inaugure de nouveaux espaces et propose une exposition confrontant des œuvres d’horizons très divers.

    Le monde selon Monsieur X

    20-02-2024

    Le monde selon Monsieur X

    Entrepreneur, chef d’entreprise, milliardaire et père de onze enfants de trois mères différentes, Elon Musk est un twitteur compulsif. Pas étonnant qu’en 2022, il se soit offert son réseau social...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés